Un site utilisant WordPress
Sync Different

A l’assaut de l’empire du disque

cv-witt_alassoA L’ASSAUT DE L’EMPIRE DU DISQUE.
Quand toute une génération commet le même crime
. Stephen WITT (Editions Le Castor Astral)

Racontée à la manière d’un polar, l’incroyable histoire de la dématérialisation de la musique et les bouleversements qui suivirent à travers les portraits croisés d’un petit groupe d’inventeurs de génie installés en Allemagne, du plus puissant patron de label au monde et du plus grand pirate informatique de l’histoire.
Au milieu des années 90, alors que le CD règne en maître absolu, personne n’a réellement mesuré l’impact de la lame de fond nommée mp3, du nom du format développé de manière confidentielle par une poignée d’informaticiens passionnés au sein du laboratoire Fraunhaufer. Dans le même temps, les nouveaux pirates du net s’organisent dans la plus grande clandestinité. Des complices font systématiquement « fuiter» les albums plusieurs semaines avant leur sortie dans le commerce, ruinant ainsi les efforts des équipes marketing et provoquant l’annulation de tournées. L’industrie du disque perd en quelques années plusieurs centaines de millions de dollars.
La RIAA (majors du disque) et les polices du monde entier, se lancent alors aux trousses de redoutables groupes pirates sans toutefois parvenir à juguler l’afflux massif et régulier d’albums disponibles sur les réseaux.

En 2015, les revenus de l’écoute de musique en streaming par abonnement ont (enfin) dépassé les ventes en téléchargement légal. L’industrie du disque semble retrouver le sourire. Le CD quitte définitivement les étagères des cabines de montage au profit de puissants moteurs de recherche de musique en ligne et… ce n’est pas plus mal ! A suivre…
(Fabien Bermant)

« Une lecture indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à la musique et à son business » (Billboard)

« L’Enquête la plus poussée à ce jour qui explique comment l’irruption du mp3 a quasiment mis un terme à l’ensemble de la distribution, de la consommation et du stockage de la musique » (New York Times)

Partager

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail